lundi 14 septembre 2015

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 8 AOUT 2015

L’ASSB a tenu son assemblée générale ordinaire annuelle le 8 aout 2015 à 10h. 77 adhérents étaient présents ou représentés (8 procurations) à la capitainerie de Boyardville. Le nombre d’adhérents à jour de cotisation étant de 77, le quorum de 30% des votants est atteint : l’assemblée peut délibérer valablement.

Le président Henri GOMES ouvre la séance à 10h20. Il remercie de leur présence les adhérents et M. Proust, maire de Saint-Georges d’Oléron.

 Selon l’ordre du jour, le président présente le rapport d’activité : 

Situation des derniers biens zone d’expropriation 

Depuis la dernière Assemblée générale, nous avons obtenu la sortie des périmètres d’expropriation des dernières habitations menacées. La première partie de la mission de l’ASSB est donc terminée, après 5 ans de lutte. 

Surveillance des déconstructions

 A partir du printemps 2014, 55 permis de démolir ont été instruits et exécutés par l’Etat à Boyardville et La Perrotine. Cette démolition, d’environ 1/3 de la surface des villages a été très éprouvante pour chacun. Le village a été transformé en vaste chantier, parcouru par d’imposants engins.
 Tout au long des travaux de démolition, l’association a été présente pour veiller au bon déroulement des opérations, en concertation avec la DDTM. Peu d’incidents sont survenus. L’accent a été mis ensuite sur le nettoyage et la clôture des parcelles concernées. Les espaces laissés vides à la suite des déconstructions sont propres et d’aspect correct. 

Suivi du programme de protection contre la mer

 L’association a analysé les avants projets de protection. L’ordre de grandeur du coût des travaux est de 10 millions d’euros. Il est question de renforcer les quais, construire un muret anti-submersion et rehausser les digues des tannes de La Perrotine. Des digues de terre devraient être levées également au nord-ouest du village pour empêcher un éventuel reflux de l’eau via les marais de la Saurine. L’ASSB remarque que l’appel d’offre, qui aurait dû être lancé depuis le début de l’année, a pris énormément de retard. Nous restons très vigilants sur le contenu du programme de protection et sur le calendrier.

 La parole est donnée au trésorier, J. Jezequel, pour la présentation du bilan financier


 Le président reprend la parole pour procéder au vote pour l’approbation du bilan d’activité

 Le bilan d’activité est approuvé à l’unanimité.

 Le président invite alors l’assemblée à voter pour l’approbation du bilan financier

  Le bilan financier est approuvé à l’unanimité.

 Avant de passer au renouvellement du Conseil d’Administration, le président présente sommairement les actions menées par son équipe depuis le 31/12/2014 ainsi que les travaux en cours et à venir : Etude des projets de protection et de réaménagement du village Initiation et animation d’une réflexion sur le réaménagement du village (en invitant autour de la table des représentants des différentes associations du village)…

 Conformément à l’ordre du jour, le président invite à procéder au renouvellement de la totalité du conseil d’administration. L’association est en effet dirigée par un conseil d’administration de 8 membres, lesquels doivent être renouvelés tous les 3 ans. L’assemblée générale doit désigner par le vote ces administrateurs. 

Le président et son équipe sont candidats pour la poursuite de leur action. Le président invite à se manifester les autres candidats potentiels. 

 Il est constaté qu’il n’y a pas d’autres candidats, le vote porte sur les administrateurs sortants. Le président donne la parole à Jean FAUCHER qui explique que les statuts prévoient le bulletin secret comme mode de scrutin, mais que si l’assemblée générale donne son accord à l’unanimité, il est possible de voter à main levée. Personne ne s’oppose au vote à main levée. Les candidats se présentent un à un, hormis Valérie LABUSSIERE qui n’a pas pu assister à l’AG. 
Les candidats sont :
 - Charles BARANEZ
 - Frédérique BONNEAU
 - Jean FAUCHER 
- Henri GOMES 
- Jérémie GRANDJEAN
- Jacques JEZEQUEL
- Valérie LABUSSIERE
- Patrick MICHAU

 Le conseil d’administration est reconduit à l’unanimité pour 3 ans par vote à main levée.

 Le président remercie l’assemblée pour la confiance qu’elle manifeste à l’ensemble de l’équipe par ce vote. Il passe alors au point 6 de l’ordre du jour, soit les nouvelles orientations de l’association.

  Objet de l’ASSB : La première partie de l’objet de l’association, tel qu’explicité dans les statuts, est réalisé : L’ensemble des propriétaires menacés d’expropriation ont pu conserver leurs biens. 

Réaménagement de Boyardville : Le maire a préparé un dossier complet pour la réaffectation de 4 maisons rachetées par l’Etat pour être démolies. Il est regrettable que d’autres maisons, qui par ailleurs étaient classées, n’aient pas fait l’objet d’un tel dossier. La mairie met en place un système de badges pour les riverains de l'allée des Acacias.
 Le maire a demandé de créer un organe de réflexion sur le réaménagement. L’ASSB en fait partie et a invité autour de la table les autres associations du village.
Un schéma de la DREAL est utilisé pour présenter les premières idées du comité de réaménagement. Il prévoit une rue piétonne le long du chenal, des parkings paysagers. L’association plaide pour un grand triangle piéton entre la plage, le tennis, et le pont. Le marché pourrait être repensé, le port de plaisance allongé.
 Il est indiqué que le comité de réaménagement se réunit de façon hebdomadaire.
 Le président invite Jean-François KERLOO à présenter son projet pour Maison Heureuse. Ce dernier invite le maire à répondre à sa place. Celui-ci souhaite développer des synergies entre le réaménagement et le projet de centre de soins. Ce projet sera présenté à Ars-en-Ré le 17 septembre 2015. Il prévoit 30 lits + 60 lits pour sportifs de haut niveau. J-F. KERLOO en serait le principal promoteur. J-F MACAIRE se dit très intéressé. Le projet a aussi été présenté à Mme. RABELLE. Il y a cependant un projet concurrent à La Rochelle. M. MASSICOT va également rédiger un courrier pour soutenir le projet oléronais. Le centre sportif départemental pourrait travailler avec le centre de soin. 

Point sur les protections contre la mer : Jean FAUCHER explique sur un schéma issu des projets de la DDTM les grandes lignes des protections. L’appel d’offre serait passé. M. le maire prend la parole et explique qu’il a rédigé un courrier pour M. QUILLET en septembre 2014. La lettre de réponse de ce dernier est lue par le maire. Le retard du projet y est expliqué par la nécessité de pratiquer des sondages géologiques complémentaires. Les travaux seraient reportés à début 2016.
 Le président insiste sur le fait qu’il est important de disposer rapidement des détails des protections afin de pouvoir les analyser. Il estime notamment que le Barachois ne doit pas être dénaturé car il s’agit d’une pièce historique. Il y aura négociation pour que les protections soient bien adaptées au village.
Patrice FAVOCCIA précise que les dispositions techniques doivent déjà être fixées et qu’il faut que les élus réclament l’avant-projet définitif. Le maire répond l’avoir demandé 3 fois. Il est envisagé de se déplacer en nombre au conseil général pour réclamer le document qui existe obligatoirement d’après la loi.
Charles BARANEZ dit que s’il n’y a pas de protections à Boyardville, c’est que l’Etat n’est pas motivé pour les réaliser. Il faut mettre en demeure l’Etat, un courrier va donc être expédié en ce sens, au département et à la préfecture.
Rémi MOUNIER intervient car il s’inquiète de l’aspect inesthétique que pourrait avoir le mur anti-submersion. Patrice FAVOCCIA répond que c’est pour cela qu’il faut obtenir l’avant-projet sommaire. Jean FAUCHER ajoute qu’il faut trouver un compromis entre esthétisme et efficacité de protection.
Le maire revient sur les protections et ajoute que les murets anti-submersion font partie de la dernière tranche de travaux, ce qui laisse du temps pour travailler.

Questions diverses : Une intervention fait état des craintes des riverains de voir le village transformé en parking géant. Le président plaide pour l’aménagement d’un parking à l’extérieur du village. Pour l’évocation de tous les sujets d’aménagement, il invite chacun à participer (par mail ou en venant aux réunions hebdomadaires). Une personne demande si la mairie peut choisir de réaménager les terrains anciennement occupés par des maisons. La réponse est non puisque ces terrains appartiennent à l’Etat, ce dernier n’a rien prévu puisqu’il ne voudra pas dépenser d’argent.
Les possibilités d’optimisation de la circulation dans le village sont exposées par Jean FAUCHER sur un document de l’état. En aucun cas les nouveaux parkings ne  seraient goudronnés, les études de l’Etat ne mentionnent que des parkings paysagers avec de la végétation et l’association soutient cette approche. Danièle FAUCHER fait part de sa réflexion à propos de l’ancienne poste qui pourrait être utilisée, au moins dans un premier temps, pour accueillir le projet de musée de Boyardville. 
Le président mentionne le spectacle « voiles dans la nuit » qu’il a organisé avec Patrick MICHAUD. Le but était de donner de l’élan au village et de montrer qu’il y a des atouts à Boyardville, qu’il faut mettre en valeur. En l’absence de nouvelle question, le président clôture l’assemblée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire